Pas si Mignonnes

Attention spoiler alerte.

Loin de moi de me prétendre être critique de film. Je ne suis qu’une simple spectatrice d’un film qui a fait et qui fait encore couler beaucoup d’encre. Manque de bol, il va en faire couler aussi sur ce post.

Alors, je vais éviter de rentrer dans la polémique Netflix et de son affiche outre atlantique. Ayant la chance d’avoir été en France pendant la promotion du film, je ne me suis pas laissé engouffrer par le tollé que la bande annonce ou encore l’affiche a pu susciter.  Je vais aussi ignorer les menaces faites à la réalisatrice #MaimounaDoucouré. Si vous connaissez son travail, alors vous savez que ses accusations ne sont pas fondées.

Alors #Mignonnes, ou Cuties en anglais, est un film coup de poing.  Il n’est pas fait pour un public amateur de magazines peoples ou qui fait des soirées rattrapages sur les Anges de Marseille (ou un truc du genre). C’est pour un public averti et qui est sensible aux intentions de la réalisatrice, donc coeur sensible s’abstenir.

Ce que je remarque avec ce film c’est qu’au-delà de l’émotion que la bande annonce a pu susciter, il divise aussi dans son interprétation: très peu de personne l’on comprit.

On suit l’histoire d’Amy, jeune collégienne dans un nouveau quartier qui essaye de se faire accepter. Jusque-là, rien d’alarmant. Après quelques rejets et humiliations, elle finit par obtenir la validation de la reine des abeilles et intègre donc son club de Twerk.

Tout y est: des pré-adolescents en chaleur a la recherche d’une identité, des crêpage de chignons, de la danse et de la musique Reggaeton en fond sonore. L’élément perturbateur en réalité c’est les réseaux sociaux: acteur ominipresent du film, qui construit et détruit le quotidien de ces enfants. Tout est une question de ‘bad buzz’ pour la génération Android, qui n’hésite donc pas a aller de plus en plus loin pour se sentir validée.

Dès le début du film, j’ai pu m’identifier à cette fille qui essaye tant bien que de mal de trouver sa place. Un peu comme Amy, je voulais me faire accepter. Comme elle, je me suis faites rejeter, chahuter et même humilier (les réflexions sur son manque de popotin ou la scène du sac qu’on balance avec toutes les affaires par terre m’est très familière). Mais la différence vient du fait que ma famille a été ma fondation, au moment où j’en avais le plus besoin. J’ai pu me reposer sur elle et elle n’a pas hésité à me remettre sur le droit chemin (à coup de ligogo #Team243) quand je déviais. Et surtout je n’avais pas les réseaux sociaux. Ces outils qui me connectent au monde mais aussi me pourrissent la vie, sur lesquels je passe beaucoup trop de temps. Telle une addict qui a besoin de sa dose, je passe de Twitter/Insta/Facebook ou encore Snap a la recherche du trip de plus. En tant qu’adulte j’ai un soit disant recul sur le sujet mais les enfants d’aujourd’hui n’ont pas ce luxe.

Dans une société où le monde est à portée de main et de clics, les parents sont souvent déconnectés de l’univers de leurs enfants, de ce qui les touchent ou même de ce qu’ils regardent. Par exemple, dans les clips de ma génération les chanteurs RnB faisait la sérénade à leur copine sous la pluie et en pleurant «One Wish».

Ce qui change des chansons très suggestives dont les enfants d’aujourd’hui ont accès en permanence sur leurs smartphones. Pour voir un clip de Lil Kim a mon époque, il fallait avoir MTV Base et attendre la version Uncensored à partir de 22:30 pour le FC CoucheTard. Mais Lil Kim n’était pas un modèle de vertus, donc pourquoi s’attendre à ce que C*rdi B ou Ari*na Gr*nde le soit? Depuis quand les célébrités sont-elles devenues des modèles sur lequel nos enfants sont sensé prendre exemple ? Sommes-nous devenus si médiocres pour qu’une K*lie Jenn*r devienne une source de réussite pour nos jeunes filles ?

Alors que font les parents dans tout ça, vous me direz.

Dans le film, en plus de gérer les problèmes de son foyer, la mère, totalement dépasser par la situation, n’a tout simplement pas le temps de gérer les émotions de sa fille (ou peut être n’a-t-elle aucune idée de comment gérer cette situation) Elle voit sans voir, trop aveuglée par ces propres soucis. Elle-même subit ses propres pressions culturelles et sociales. Le regard de la communauté est tout aussi présent et pesant que celui des followers d’Amy. Belle parallèle.

La pression de la culture, qui est TRÈS présente dans le film : la scène ou la mère doit appeler ses amies pour annoncer l’arrivée de sa co-épouse , cette tante qui surveille ses faits et gestes… C’est une performance au quotidien, de vouloir montrer que tout va bien alors que tout va mal. Nous sommes d’excellents acteurs (et encore) mais nos enfants eux ne savent plus distinguer le vrai du faux, le réel du virtuel.

Ce que le film met en exergue c’est notre faute collective, à nous les adultes. Nous avons sexualisé cette société à tel point que nos enfants reproduisent ce que nous consommons.  C’est dur de voir « the Monsters we’ve made ». Voir les scènes où les petites se trémoussent était un supplice: car ce sont des enfants qui essayent d’imiter les grandes avec beaucoup trop de justesse. Ces enfants nous copient et l’image qu’ils nous renvoient perturbe. L’effet miroir est écœurant et je comprends les détracteurs du film. Mais pour ceux et celles qui disent que le film risque d’attirer les pédophiles,  ces criminels n’ont pas attendus la sortie d’un film pour faire ce qu’ils font…

Certes, le monde de la technologie avance très vite et que sans doute, certains grands de ce monde ont un agenda ou ils sacrifient l’innocence de nos petits, mais ne faisons pas l’autruche sur le monde qui nous entoure. Ne nous cloitrons pas dans les églises ou les mosquées en pensant que la-bas, le monde y est plus doux. Toutes ces images suivent les enfants peu importe où ils se trouvent: la scène où Amy regarde ces clips dans une salle de prière en est un parfait exemple. Et la scène où sa mère et sa tante lui font un “exorcisme”prouve que nos réponses sont souvent a coté de la plaque et que l’on mélange tout, mais ça c’est un autre sujet. Ne nous couvrons pas les yeux sur les erreurs que nous commettons car on ne récolte que ce que l’on sème.

Qu’avons nous semé pour nos enfants ? Et surtout, avons-nous arrosé cette semence ou est-ce aux réseaux sociaux de faire le reste du travail?

L’Effet Femmes d’Influence

J’avais un autre article en tête, totalement différent. Mais faits divers obligent, je ne pouvais pas passer à côté de l’occasion de parler d’un phénomène très étrange que je vois proliférer partout sur les réseaux.

Un spécimen hybride de femme a fait son apparition il y’a quelques années sur la toile. Concept présent depuis une décennie, elle a récemment muté tel un Pokémon pour devenir cette Patronne hors catégorie, Reine indétrônable de son palais, Déesse des clapbacks et des subliminaux sur Twitter. Des femmes qui se suffisent à elle-même, à priori, capable de tout faire sans l’aide de personne…Bref vous l’avez reconnu, c’est la Boss Lady 2.0

La Boss Lady 2.0 est une Entrepreneuse slash CEO slash ‘Founder Of’ slash Influenceuse slash Creator Content slash tout en portant des talons aiguilles.

Elle réussit dans tous les domaines sans exception car c’est une femme de Feu/d’Impact/de Splendeur, bref les adjectifs ne suffisent plus pour la qualifier ; elle ne se limite pas à être un modèle d’excellence en business, elle excelle aussi en relation #CoupleGoals et tout ça avant même d’atteindre le chiffre fatidique de la femme de Valeur : 30 ans. Elle suit les formations les plus pointilleuses avec des coach experts en tous genre (coach expert qui soit dit en passant est aussi un nouveau spécimen ajouté dans ce Jurassic Park de l’entreprenariat). Elle passe ses journées a copy/paste le livre de Michelle Obama tout en planifiant ses Dimanches Brunch avec ses followers. Son objectif c’est le sommet, vous l’auriez bien compris; elle a la niaque et tout le monde doit le voir !

Cette formule Tout Terrain de la femme est en partie décrit par un fameux site qui se vante d’être le 1er site de réflexion et développement personnel français, récemment accusé de plagier (preuve à l’appui) un autre célèbre site de l’autre côté de l’Atlantique. Ce fameux site bombarde de message dits de motivation et portrait l’image d’une femme entrepreneure invincible. Ses slogans et messages sont devenus en quelques années le blueprint des « Independent Women » françaises. De là découle une prolifération de self made Coachs, Bloggers, CEO et autres influenceuses en tout genre et qui se sentent, pour certaines d’entre elles, pousser des ailes.

Independent woman? Bi*ch Really ?!

À la question si c’est possible d’être une Boss Lady 2.0 Je réponds non. Cette description de le Femme Accomplie et Self Made est une illusion. Et s’en suit le fameux « Mais on a tous les mêmes 24h que Beyonce, donc si elle peut le faire, nous aussi »

Ce à quoi je rétorque « Avez-vous des nounous qui vous suivent à chacun de vos déplacements, un Chef cuisto étoilé qui vous prépare vos dîners favoris dans votre jet prive ou même un maquilleur/coiffeur attitré ? » Non. Donc non, nous n’avons pas les même 24 heures et pour être honnête ça ne ressemble pas à de l’indépendance lorsque l’on a un harem de 15 personnes qui décide de nos tenues quotidiennes…

Ce que personne ne vous dit réellement, c’est que travailler en freelance ou êTrE sOn pRoprE PaTrOn n’a rien de glamour. C’est du travail, du travail et encore du travail; et ce n’est pas fait pour tout le monde.

Ne regardez pas le clan Kardashian/Jenner comme étant des baromètres de succès. Ces femmes de pouvoir, comme vous adorez les nommer, ont des équipes de spécialistes derrière elles qui s’occupent de tous pendant que K K K (oh oh) s’occupent de vous distraire avec leur dernier selfie…

Don’t Do it For the Gram.

Travailler pour subvenir à ses futurs besoins, c’est le but de toutes Boss Lady. Mais à en croire certaines de ces pages  insta et sites internet, tu sens la défaite à plein nez quand tu es une simple employée.  C’est aberrant d’être discréditer pour travailler dans un magasin de vente alimentaire comme l’a été Geoffrey Owens, acteur de la fameuse série The Cosby Show, qui suite à l’arrêt des rediffusions de la série et donc l’arrêt des payments des royalties, s’est vu dans l’obligation de trouver du travail pour subvenir aux besoins de sa famille. Apparemment un 9 heure-17 heure c’est out of style et de recevoir une paye a chaque fin de mois et d’être capable de payer ses factures pour le bien de sa famille c’est carrément insensé

Non la Femme d’Impact, elle, travaille en freelance, a déjà 3 sources de revenus, est à la tête d’un commerce de vente de perruque, paye ses factures avant même de recevoir la notification, participe aux conférences « Comment être la meilleure version de Soi-même en 3 étapes*» ; les vacances à St Tropez ? ça c’était avant d’être une femme de feu, maintenant c’est les Bahamas avec son #GangGang, car non, elle n’a pas d’amies mais que des Numéros 10 dans sa team… #ComportementOnVousDit

*Toute ressemblance à une conférence n’est que fictive pour les besoins de cet article…quoique.

Le problème avec ce type de site c’est qu’il vous portrait une vision édulcorée de ce qu’est l’entrepreunariat en diluant la charge de travail, de recherche, de nuits blanches et de sacrifices fournis par des vrais entrepreuneurs.

Cette description de la Boss Lady super star est, à mon humble opinion, incorrecte, mensongère et surtout pomper (mots pour mots) sur des exemples américains qui n’ont pas pour modèle la française lambda. Je ne vais pas rentrer dans les détails du système capitaliste et de son efficacité chez les américains mais en clair, ici c’est pas les States donc les règles diffèrent.

Demandez aux vrais entrepreuneurs, aux CEO et autres créateurs s’ils ont le temps de poster H24 leurs faits et gestes, combien de fois ils ont échoué et/ou perdu des sommes d’argent ou même combien de fois ils ont pensé à jeter l’éponge. Arrêtons de glamouriser l’entrepreunariat comme étant une solution pour un succès immédiat pour tous ceux qui s’y aventurent.

Certes, dans un monde qui a été créé par des Hommes, blancs de surcroît, il n’est pas si simple pour nous les femmes de se faire une place au soleil. Nous avons besoin de motivation, de formations, de groupes de soutien et de modèles sur qui l’on puisse compter pour faire la différence mais In Real Life. On a besoin de vraies solutions, pas que des discours en ligne ou des présentations sur PowerPoint sans réelles actions.

Cependant, force est de constater que certaines d’entre vous veulent juste rajouter le titre CEO slash Créateur slash Fondatrice de [compléter la phrase a votre guise] à leur entête de page d’Instagram…

Vous n’avez aucune passion à faire ce que vous faites, mais c’est mieux que rien j’imagine, ça vous donne l’air d’être importantes, vous donne un sentiment de supériorité sur les salariés et puis ça rend bien sur les photos d’être entouré d’autres Entrepreuneur du Net. Un post ici et là, quelques Retweet en TT et ça y est vous êtes conférencier ? ou Coach peut être? Un post bad et vous voilà blogger ou ambassadrice pour FashionNova…like

Une seule vente de mèche d’AliExpress ne fait pas de vous une CEO! Certaines (et même Certains) adorent tellement les titres et la pseudo notoriété attachée avec, qu’ils sont même surpris par la charge de travail demandée #Shocking. C’est un Ego Trip, c’est pour ça que vous échouez. 

Loin de moi l’idée de vous dissuader de poursuivre vos rêves de conquête du monde, mais un petit rappel s’impose :

Une mère au foyer est une Boss Lady,

Une femme qui reprend ses études passé 30 ans est une Boss Lady,

Une employée de Carrefour est une Boss Lady.

La définition de Boss Lady ou Femme de [compléter la phrase a votre guise], n’appartient qu’à vous de la définir. Il n’y a pas de formule magique ni de définition universelle au succès. Votre succès, c’est vous qui le définissez, ne laissez pas une application, ou les CEO du Net vous dire le contraire.