Categories
Société

What a Time To Be Alive….

Si 2020 était une tête…

A l’occurrence de chaque évènements, j’essaye toujours de tirer une leçon. Dans le genre “Qu’est ce que que l’univers essaye de me dire?

En début d’année, la menace d’une troisième guerre mondiale m’a appris a ne jamais laisser mes emotions prendre le dessus sur Twitter, comme le fait si bien un certain homme orange au States. Ensuite la mort de Kobe Bryant m’a rappelé que la vie ne tient qu’à un fil et que tous l’argent du monde ne pourra jamais remplacer les précieux moments avec mes proches; celle de Pop Smoke, m’a rappelé que les ennemis sont rarement des étrangers…

Congolaise jusqu’a la moelle épinière, je n’ai jamais connu de concert d’artistes congolais à cause de problèmes politiques. Alors forcément, quand j’ai entendu que Fally Ipupa allait être a l’Accord Arena (ex-Bercy) le 28 Fevrier, mon pied devait y être. OH BOY , OH BOY! WHAT A CONCERT! Quel fierte j’ai ressenti !

Mais Je ne savais pas qu’en allant a ce concert, J’avais pris une décision et position politique. Je vous épargne les insultes et les coups subit à l’entrée du concert ou même le feu déclenché a Gare de Lyon (podcast a suivre) mais avoir réussi à rentrer dans la salle sans une égratignure, je me suis sentie comme T’Challa de retour a Wakanda.

Alors le concert de Fally m’a rappelé qu’un Homme avec vision d’aigle finit toujours par reussir et que l’on n’est jamais prophète dans son propre pays, jamais.

Cependant quand une pandémie digne des pires scenarios d’Hollywood s’abat sur le monde et que les scénaristes des films s’avèrent être des astrologues plus que des raconteurs d’histoire (#Contagion ou #IAmALegend), Je me pose la question sur la signification de cet événement dans ma vie.

Première leçon, être plus précise dans mes prières même si, il faut se le dire, Dieu fait bien les choses.  Depuis mon expatriation, Je n’ai jamais réellement pris de pause. Un moment où je prendrais le temps de tout faire – ou de rien faire. J’ai toujours l’impression de courir après quelques choses : un nouveau job, un nouvel appartement, une nouvelle promotion, un nouveau mec (ou juste un mec merde) bref, je cours tout le temps. Je voulais juste un moment, sans courir ou sans me préoccuper du lendemain.

J’avais demandé une pause, pas un confinement !

Tout ce que Je peux dire c’est j’avais sur-estimer mon envie de me reposer ! Au bout de deux jours, J’étais prête à reprendre mes ambitions et reconquérir le monde.

Mais le monde s’est mis en pause : annulation de mon ticket de retour, vacances repoussées, tout le monde se confine et laisse la peur s’installé; faire des courses devient presque une aventure et éternuer en public se révèle être un acte passible de peine de mort ! Bref je suis obligée de m’arrêter, une pause s’impose. Pas vraiment l’idée que j’avais en tête quand je pensais à un repos bien mérité !

Deuxième leçon, apprendre à relativiser, car ça aurait pu être pire. J’aurais pu me retrouver seule dans mon appartement, de la taille de la chambre d’Harry Potter, à finir toutes mes provisions et papier toilette en un temps record. J’aurais pu me retrouver à l’hôpital entouré d’infirmières extenuées, avec une toux à en faire pâlir un asthmatique et sans le soutien de mes proches.

Mais en restant coincée ici en France, c’est sans doute la meilleure façon – et la réponse à mes prières – de profiter des chants des oiseaux, de passer du temps avec ceux que j’aime et de redéfinir les routines, en attendant le retour à la normale.

C’est l’occasion aussi de se déconnecter du monde, d’éteindre son téléphone pour quelques heures, de sélectionner les meilleurs podcasts pour se changer les idées, update la playlist, d’apprendre à préparer ces petits plats qu’on double clic sur insta ou même de créer ce business plan qu’on repousse a chaque fois ; d’écrire ce livre, d’apprendre une langue étrangère ou encore de peaufiner ce scenario qui nous trotte dans la tête…en clair c’est le moment ou jamais d’être créatif.

Dans cette période incertaine, respectez les consignes de confinement pour vous mais surtout pour vos proches. Profitez de ces instants pour leur dire que vous les aimez, car non ils ne sont pas eternels. C’est peut-être un message de l’univers pour nous dire de prendre notre temps et d’apprécier l’instant.

1 reply on “What a Time To Be Alive….”

Effectivement, le confinement nous changera d’une manière ou d’une autre. Il nous force à reconsidérer notre relation vis-à-vis des autres et surtout par rapport à nous-même !
Il faut prendre le temps de faire les choses et repenser sa vie, son approche du monde afin de repartir du bon pied. Une petite séance de sophrologie me tente bien là 🙂 !

Commenter