Categories
Témoignages

 Tout est NOIR. All Black everything.

Difficile de trouver les mots justes. Dans un monde en couleur, tout est devenue très sombre récemment.

Etrange comme tout peut basculer en une fraction de seconde. Un jour on planifie tout une année de folie (NEW YEAR NEW ME YA DIG ?!), le lendemain on chante à tue-tête a un concert et puis un matin on se réveille avec une pandémie qui menace la terre entière. Et quand on pense avoir fait le nécessaire pour se protéger (gardez vos masques s’il vous plait) et reprendre un semblant de vie normale, voilà que l’arrestation d’un homme noir fait polémique.

8 min 46.

Tel un mini court métrage. Avec du suspense à en perdre…le souffle #ICantBreathe (mauvais jeu de mot). J’ai regardé la vidéo jusqu’au bout.

Car jusqu’au bout j’y ai cru. J’ai cru à une fin heureuse, comme dans les films où le héro n’est pas si invincible que ça mais que le vilain n’est pas si méchant que ça. J’y ai cru. J’ai cru que le policier allait lâcher prise ; jusqu’au bout j’ai cru qu’il y’avait de l’espoir, un espoir pour un monde meilleur, un monde ensemble, un monde en couleur. Donc j’ai regardé la vidéo jusqu’au bout, comme hypnotisé par ces images, incapable de détourner le regard. 8 minutes 46 seconde. Une execution.

Alors oui, des vidéos montrant un homme noir se faire tuer par les forces de l’ordre sont nombreuses. Et comme à chaque fois, les Hashtag se sont multiplié et les photos/vidéos se sont partagé sur la toile. Tel un cirque.

A l’extérieur du cirque, le débat est ouvert, le linge sale se lave à coup de screenshots #ThisIsYou et de débalage de statut. A l’ère où tout est filmé, les spectateurs de la première heure se sentent dans l’obligation de partager son opinion ; le trop plein d’information qui fustigent la communauté dominante attise leur colère car la question se pose: notre société serait-elle raciste ?

Les Uns disent que ce n’est qu’aux Etats Unis, « la France est immune de tout cela » les autres disent que George Floyd n’était « pas un enfant de cœur, c’est un criminel, un drogué, pourquoi en faire un martyr ?» s’exclame Éric Z., le cracheur de feu.

Les autres trouvent même des justifications : bein oui si les noirs se tuent entre eux, pourquoi crier au scandale quand un blanc le fait ? Les médias et journalistes multiplient les bourdes, les « alliés », anciens spectateurs, demandent à être éduquer sur leur white privilège et les micro-agressions; les marques changent leur image car ils se souviennent tout d’un coup de leurs consommateurs colorés.

C’est drôle quand le clown ne fait plus rire, tout le monde est au diapason.

A l’intérieur du chapiteau, la situation ne s’arrange pas. Ça s’entretue pour savoir qui a le droit de faire partie du mouvement ou pas, Buy Black (mais que faisiez-vous avant ?!), le All Live Matter vs Black Lives Matter fait encore débat même chez certains noirs, le syndrome de Stockholm de certains de nos frères et sœurs fait froid dans le dos….

Mais le « show must go on ». Force est de constater que l’unité dans la communauté noire ne se fera pas à coup de post insta ou de manifestation pour Adama….

Bref, tout est noir.

 

Commenter