Plusieurs Façons d’Etre Belle

Par Alice

Bonjour mes sœurs,

Tout d’abord je tiens à préciser que je ne viens pas lancer un mouvement suprématique de la femme noire, mais bien motiver et nuancer mes propos là et donc, nous concernant.

Pour cela, j’aimerais vous faire partager une discussion que j’ai eue avec un ami, un frère métis, au sujet du tissage. Je suis moi-même fan et adepte des mèches 26 pouces (jusqu’à mon nombril) noires et lisses, ce qui dérange apparemment. En général on en vient soit à être considérée comme une fille superficielle, exubérante, bruyante et qui traîne – pour ne pas dire niafou – ou bien, comme des femmes complexées.

Selon lui, je fais partie de la seconde catégorie, « une femme complexée ». Et par « complexée » il entendait de mes cheveux car je porte des tissages. Je lui répondis instinctivement que non, pour me défendre.

Par la suite, je me suis posée la question, que je vous invite à vous poser vous-même à présent :

  • Pourquoi portez-vous des tissages ?
  • Est-ce vraiment un souci de complexe ?
  • De ne pas assumer d’être noire et ce qui va avec ?
  • De vouloir être comme une blanche ?

Car pour mon ami, “il faut rester digne avec ses propres cheveux”. Ce que je retiens de cette seule remarque de sa part, c’est que pour être noire il faut forcément être nappy (naturelle). Je réponds donc à cela tout d’abord par un rappel du siècle auquel nous sommes, c’est-à-dire au 21eme siècle, et qu’il faut arrêter de nous limiter alors que l’Homme est en perpétuelle évolution. Bien sûr il y en a des complexées qui veulent ressembler à la femme blanche, ou à la tendance de ces dernières années les métisses (lentilles, tchoko et tralala…).

J’en profite seulement pour soulever la mauvaise foi dont font preuve certains de nos frères lorsqu’ils convoitent ce genre de femme alors qu’ils nous dénigrent, au sujet de ces mêmes artifices…

Personnellement ce n’est pas mon cas. Ce n’est pas de mes cheveux que je suis complexée. Mes origines ont fait qu’ils ne soient pas trop difficiles et assez longs (niveau des épaules). Je sais que moi je porte des tissages par choix. La longueur c’est ce qui va à mon visage. C’est également l’option de facilité et qui permet de protéger, et donc, ce que je préfère.

Je tiens également à dire que cette méthode de rajout de cheveux n’est plus exclusivement propre aux noires. Doit-on considérer les femmes blanches comme des complexées dans ce cas ? Tout est relatif. Moi quand je vois qu’une petite de 17 ans, qui en plus des rajouts, veut se voir attribuer tous les attributs spécifiques aux noires, je ne peux m’empêcher de le penser.

Attention je le rappelle je ne suis pas raciste et je ne jalouse personne. J’en profite seulement pour soulever la mauvaise foi dont font preuve certains de nos frères lorsqu’ils convoitent ce genre de femme alors qu’ils nous dénigrent, au sujet de ces mêmes artifices.

Je vais donc reprendre la phrase ci-dessus il y a plusieurs façons pour la femme noire d’être belle”. Il faut donc être fière de cette liberté et l’assumer (être nappy, tissage, chauve…) sachant que la femme noire est désormais un modèle. Nous sommes plus à passer sous l’aiguille du tissage que celle de la chirurgie car on le sait, il n’y a plus de complexe à avoir.

La femme noire est désormais un modèle

Je vous invite donc à discuter sur tous les aspects de ma publication, notamment ma question, mais aussi sur tous les artifices que nous les femmes utilisons (pourquoi ? pour qui ?) et comment les chéris et autres personnes du sexe opposé le prennent (remarques anecdotes).

 

 

2 thoughts on “Plusieurs Façons d’Etre Belle

  1. Bonsoir Alice.
    Je comprends tout à fait ton point de vue ainsi que celui de ton ami. J’avoue que l’avis des hommes est toujours bon à savoir. Je suis une métisse avec des cheveux touffus et frisés.
    J’ai défrisé mes cheveux pendant plusieurs années et au départ c’était par complexe car je n’avais pas les cheveux qui se balançaient autour de mon visage comme les blanches(rires). Maintenant je suis une nappy depuis bientot 6ans.
    Pour revenir aux plantes, ça dépend d’une personne à une autre. Dans ton cas c’est un choix et tu l’assumes pleinement ce qui est génial. Il faut s’avouer qu’il y a des filles qui abusent des plantes et au final elles n’ont plus rien sur la tête. Ce qui est extrêmement triste. Les hommes ont été “traumatisé” par ce genre de filles qui ne s’assumaient tellement pas qu’elles se sont abimées les cheveux. Nous avons effectivement de la chance d’avoir nos cheveux car nous pouvons faire une multitude de coiffure sans avoir besoin de produits pour maintenir le tout. Donc si les femmes afro aiment varier leur style capillaire qu’elles le fassent mais à mon avis il vaudrait mieux ne pas exagerer pour leur bien-être.

  2. Pour étayer le commentaire de Christelle, j’avoue mon inquiétude quant à l’avenir de nos “Belles Négresses” ! Cette expression va choquer certaines, mais je l’aime. J’aime voir ces femmes à la peau noire ébène, aux lèvres pulpeuses.
    Voilà ma question : ” Pourquoi, ne pouvons-nous pas rester naturelles et être reconnaissantes d’être ce que nous sommes ?
    Aujourd’hui, la majorité des femmes, toutes origines confondues, s’éclaircissent la peau. Même les métis. Comment imaginez-vous demain ?

    J’espère que d’ici là, il va y avoir une prise de conscience, pour le mieux être de toutes !

Commenter