Ce qui est important…

Que voudrais-tu si tu devais mourir demain?
Les êtres humains ont peur de mourir. Ils courent toujours après quelque chose: l’argent, l’honneur, and le plaisir. Mais si vous deviez mourir demain, que voudriez-vous?

On a tendance à vivre nos vies comme si nous étions éternels et on a tendance à oublier que demain n’est pas garanti. On ne prend pas assez de temps pour dire aux autres qu’on les aime, et on ne leur montre pas assez à quel point ils comptent pour nous. Il me paraît insensé de vivre comme on le fait, et de pleurer quand nos proches ne sont plus. Aujourd’hui ils sont là, ils nous veulent, ils nous recherchent mais on n’a pas de temps pour eux. On travaille, on veut de l’argent, une belle voiture, une grande maison, une situation soi-disant stable, un statut, de l’importance dans la société. On pense qu’un titre nous fait devenir quelqu’un, que les diplômes et le nombre de zéro sur nos chèques de paie nous définissent. Et on veut toujours plus, on cherche toujours plus. Plus haut, plus vite, plus grand, plus cher, plus ! PLUS ! PLUS !! Sans se rendre compte qu’on court après, et qu’on accumule que de la vanité. Et on se plaint de ne pas avoir assez de temps. Pas le temps de jouer, ni de se reposer, ni d’écrire une lettre, ou encore d’appeler. Pas de temps pour les autres ; pire encore, pas de temps pour nous même.

Rien n’est éternel. Demain n’est pas garanti. Je choisis de me consacrer à se qu’il y a de réellement important.

Et une fois qu’on se retrouve avec tout ça, qu’on a perdu un père, une mère, un frère, un ami, un grand-parent, qu’est ce qu’on fait ? On pleure! Pourquoi pleurer alors qu’on y prêtait aucune attention quand ils étaient là ?

 J’ai vu ma grand-mère récemment et mon cœur se déchire à chaque fois que je pense à son regard. Ses yeux étaient remplis de tristesse et reflétaient la solitude de son âme. Elle cherche à se rapprocher du peu de personne qui veut bien être en sa présence et n’a pas l’air de trouver ce qu’elle recherche. Je vois qu’elle a du mal à exprimer ses sentiments et cela lui cause parfois du tort. Mais ce n’est pas de sa faute elle n’a jamais appris. Tout ce qu’elle veut c’est qu’on la voit, qu’on l’entende et qu’on lui montre qu’on l’aime. Mais on n’a pas le temps pour ça, n’est-ce pas?
Moi, j’ai décidé de vivre sans oublier que rien est éternel. Surtout pas nous. Encore moins les personnes qui m’entourent. Et je veux apprendre à les apprécier et à passer du temps avec elles. Parce qu’elles comptent plus pour moi que tout autre chose. Je prie Dieu de pouvoir me donner le temps et l’argent nécessaire pour prendre mes deux grands-mères en vacances, qu’on puisse se découvrir et rire ensemble. Juste parler, échanger, partager et apprendre les unes des autres. Mais surtout pour qu’elles sachent que je vois les efforts qu’elles font pour être proches de moi et que je suis reconnaissante de leur amour. Avant qu’elles ne nous quittent…
Je ne sais pas si mes grands-mères reconnaîtront, mais tout ce que je souhaite c’est qu’elles sachent que ma nouvelle priorité est de passer le maximum de temps avec elles et que je les aime énormément. Parce que la mort ne prévient pas, et que demain n’est jamais garanti.

Commenter