Ca te dit qu’on se fasse un porno?

Boom. La question m’avait l’air d’être rester en suspens pendant ce qui m’a semblée une eternité. La sueur froide, ne voulant bien évidement pas passer pour une prude, j’ai bien sur acquiescer. Sauf que le porno, moi, je n’en avais jamais regardé. Le mot porno m’évoque toujours une impression de braver les interdits parentaux, quand, en fin de soirée au lieu d’aller au lit comme prévus, ma télécommande bifurquait sur les chaines câblées passer minuit. La peur au ventre, et le doigt sur la zappeuse, je n’ai pas le souvenir que le porno est un film comme un autre.

 

Mais est-il un film comme un autre ?

Faudrait déjà distinguer le film pornographie du film érotique. La pornographie en general par définition est relatif à une approche fantasmée et obscène du sexe grâce à différents supports culturels, comme le cinéma, synonyme d’obscénité. Un film érotique est un film dont le scénario est centré sur le sexe mais ne contient pas de scènes où l’on voit des rapports sexuels. Le film érotique montre simplement des acteurs nus.

Alors de quoi on parle ? les films pornos sont source de beaucoup de polémique. Le rapport annuel qu’a publier PornHub, le plus grand site de vidéo porno, montre que le monde du X a encore de beau jour devant lui. D’abord, le caractère obscène de certaines scènes, l’image dégradante des femmes, et de certains hommes aussi, et surtout la fausse représentation du sexe sont source de beaucoup de débat. Et oui, tous les pompiers ne viennent pas éteindre le feu en passant par la fenêtre, et le mythe de la femme fontaine, c’est plus une exception qu’une réalité…

Alors pourquoi regarder des films ? D’abord pour la créativité, certains couples ou celibataires sont a la recherche d’inspiration, histoire de pimente le quotidien et d’apprendre quelques courbettes. Pour certains, c’est juste histoire de passer une longue période de sècheresse dans la vie sexuelle mais pour d’autre, ça tourne carrément a l’obsession. Accros a l’impossible, et c’est là où le bât blesse : l’addiction au porno pourrait selon certaines études nuire a une vie sexuelle dite saine.
Alors sachant tous ça, me voilà assise dans mon canapé a regarder un porno. Pour me mettre a l’aise, mon interlocuteur me dit de le regarder comme si c’était un film comme les autres…ok pourquoi pas ?! Après quelque minute, voilà que la maitresse d’école se fait donner une leçon par son élève. L’élève a l’air un peu vieux, mais bon peut être qu’elle lui donne des cours du soir qui sait. Deux secondes plus tard, elle est déjà toute nu –mince, j’ai du rater une scène la a force de vouloir augmenter le volume- et lui a son pantalon baisser…et la, c’est l’explosion, en huit minutes et cinquante-huit secondes de vidéo elle lui a fait la TOTALE, tout y passe : bouche, 69, cuillère, bouche encore une fois, anal et bien sur érection et enfin la fontaine !!!

…Bon après réflexion, je me surprends a avouer que ce n’est pas aussi nul que je le pensais. Le jeu des acteurs est définitivement a revoir, ils ne sont pas la pour l’oscar me dit-on, et est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi elles gémissent autant pour si peu ?? Bref visiblement je ne suis pas conquise mais je dois avouer que je comprends mieux l’engouement derrière tous ça. Et avec ca, j’ai appris pas mal d’astuce pour mon prochain jeu en bouche…Cela reste trop éloigner de la réalité. Un peu comme une télé réalité, on sait très bien que ce n’est pas la réalité et pourtant on ne rate pas un épisode. Pour ma part, je ne suis pas une fan des “Anges de la realite” donc merci, non merci.

Alors oui le porno c’est un peu comme l’alcool, a consommer avec grande modération, et puis tous le monde le sait, la fete est plus folle sans alcool!

“Va falloir contacter tous vos recents partenaires”

1…2…3. Et Respire. C’est quoi cette histoire ?

Comment initier la conversation sur les MST ? Comment lui dire « t’es bien mignon mais quand est-ce que tu t’es fait testé la dernière fois ? »

Récemment célibataire j’ai pris la liberté d’explorer de nouveau horizons. Je suis jeune, séduisante et par moment insouciante, j’ai un travail stable et la tête sur les épaules. Mon péché mignon, c’est l’Homme, avec un “s” a la fin. Je ne les collectionne pas non plus, mais j’aime changer a chaque saison. Et comme avec tous les changements, je prends les précautions nécessaires. Vous imaginez bien que cette discussion avec la gyneco n’avait pas pris la tournure que j’espérais. Quand elle m’annonce que j’ai contracté la gonorrhée, je ne sais pas si c’est le fait même de la nouvelle qui me fait paniquer ou si c’est “contactez tous vos partenaires des six derniers mois” qui me fait suer. A cette époque, je fréquentais quelqu’un régulièrement, et je voyais quelqu’un d’autre plus périodiquement. Comment allaient ils le prendre ? Devrais-je leur avouer que je les faisais cocu ? Bref, la semaine qui a suivi a été une torture, je me suis énormément remise en question car si ce n’était pas un des deux qui me l’avais donné, j’allais devoir élargir mes recherches. Et tres sincèrement, il y’a certain noms que j’aurais préféré effacer de ma mémoire.

Après la panique des premiers moments, je suis revenu a la réalité. A vrai dire je n’avais jamais cru, qu’un jour JE serais cette fille. On connait toute une fille qui collectionne les « unwanted gift » ces petits cadeaux indésirables. Celle qui est pointé du doigt a chaque soirée. La crados quoi. Et la crados devait passer son premier coup de telephone.
Bref, une conversation gênante pour mon régulier, mais pas pour mon périodique, lui n’était pas étonné : un habitué, il n’en était pas a son premier coup d’essai. Il m’a même donné des astuces pour la prochaines fois…

Premier conseil, ne pas paniquer (trop tard) Deuxio, consulter un médecin et suivre le traitement à la lettre. Tercio, « contactez tous vos récent partenaires…tous ». Et soyez honnête avec eux parce que oui même si le problème s’était régler plutôt rapidement pour moi, la pilule n’était pas passée pour mon régulier. Et surtout PROTEGEZ VOUS. Parce que la liste a été longue, hors de question que je recommence.

Alors dites-moi, comment c’est passer votre première conversation sur les MST ?

En [parfaite] Construction

Nous Sommes des Femmes de Caracteres et d’Influence.

Nous Marchons la Tete Haute dans ce Monde construit par des Hommes. Nous Avons Appris a Cacher Nos Larmes et a Cacher nos Cicatrices . Nous Nous Sommes donc Dedie a creer un Site ou Nous Faisons tomber les Masques, ou la Perfection n’est pas une Option.
Prenez Example sur Ces Femmes Fortes, sur ces Femmes qui Assument leur Faiblesses: sur ces Femmes Parfaitement Imparfaites.

L’Equipe Imparfaite.

.